Dans la même rubrique :

Quelques idées à débattre

Publié le lundi 17 octobre 2005

Texte d’analyse et de propositions

L’intérêt d’une telle commission navigue entre court et long terme. Parallèlement à une réflexion indispensable sur des choix d’urbanisme qui regardent le quartier (et au-delà d’ailleurs) sur les 5, 10 ou 20 années à venir, il convient de ne pas négliger le quotidien et donc ce sur quoi on peut agir tout de suite. Notre quartier, le Port à l’Anglais, a mauvaise mine. La motivation d’une telle commission serait de sortir de sa douce léthargie notre petit territoire en étant acteur de son développement tout en préservant sa tranquillité à laquelle beaucoup de ses habitants sont attachés. Ce qui caractérise le Port à l’anglais dans la ville c’est que c’est un quartier ancien, plutôt bien desservi par les transports en commun, avec une mixité petit habitat collectif privé (quasiment pas de logement social) / pavillonnaire / activité industrielle. Et bien sûr, la présence de la Seine. Il faut préserver et valoriser chacune de ses caractéristiques en les adaptant à notre temps : la dominante industrielle doit évoluer pour ce qui touche notre quartier vers des activités plus valorisantes et non polluantes. Le quartier mérite mieux que des entrepôts Gibert Jeune ou autres.

Le Port à l’anglais a un potentiel exceptionnel. Nos décideurs ne semblent pas en avoir véritablement conscience.

Un mot hélas fort peu employé par les urbanistes revient souvent dans la bouche de beaucoup à propos de notre quartier : c’est le mot charme. Charme qui tient précisément à la variété de son bâti et à son réseau de rues qui ont gardé leur gabarit d’origine.Veiller à préserver et renforcer le charme de notre quartier, ce n’est pas si mal comme boussole.

Il serait pertinent de définir quelques chantiers prioritaires sur lesquels on pourrait concentrer nos efforts.

Exemple :

La revalorisation du secteur proche de la gare Ce secteur constitue l’entrée et donc un peu la vitrine du quartier lorsqu’on vient du centre ville ou lorsqu’on sort du sort du RER (chaque jour des centaines d’usagers de la gare sont concernés). Force est de constater que la vitrine est particulièrement délabrée ! Ce qui est d’autant plus navrant que le patrimoine en question possède un vrai charme et un fort potentiel.

Quel est le projet de requalification de la rue Pierre Semart devant la gare ? Actuellement peu engageante à cause notamment du chantier du lycée, on aimerait ensuite une rue mieux aménagée et favorisant davantage le piéton. Celui qui sort en masse de la gare, les lycéens, celui qui en soirée se rend à Gare au Théâtre et tous les autres. Il faut exiger de la Ville des trottoirs plus larges (voire une sorte de petite placette devant le lycée), des arbres, un éclairage et un mobilier urbain de qualité.

Un programme d’incitation à la réhabilitation des immeubles au moins au début de l’avenue Anatole France s’impose. L’état de l’immeuble du n° 6 de l’avenue et donnant également sur le n° 38 de la rue Parmentier est particulièrement préoccupant : c’est à la limite du taudis. Sans présager de l’état intérieur des autres immeubles (il faut se renseigner au près des habitants concernés), il faut exiger que les façades soient refaites. Certes, il s’agit de propriétaires privés mais il faut de la volonté, il existe des aides et aussi des moyens de pression. L’arrière des immeubles qu’on aperçoit de la rue Pierre Semart et notamment des quais de la gare offre la vision saisissante d’un quartier à l’abandon. Il faut sans attendre renverser cette image du quartier. On peut ainsi imaginer de demander à un plasticien une intervention sur les façades des deux blocs d’immeubles de chaque côté de la rue Parmentier qui pourrait donner un aspect original à cet endroit et qui pourrait être une façon d’obtenir un intérêt et des financements extérieurs (ministère de la culture, municipalité, région, département...).

Quel avenir pour le terrain de l’ex entreprise de BTP située rue Pierre Semart face à la gare et à Gare au Théâtre ? Il y a là une véritable opportunité pour implanter soit une activité valorisante soit des logements de qualité ou les deux. Aux dernières nouvelles, le groupe Réside Etudes vient d’acheter le terrain et prévoit d’y implanter une résidence étudiante. Il faudra veiller à la qualité architecturale du projet au vu des diverses réalisations déjà construites par cette société.

Engager une réflexion sur le pont de chemin de fer. C’est un ouvrage ancien d’une grande qualité qui mériterait d’être mis en valeur. Ses colonnes (en fonte ?) avec leurs chapiteaux constituent un beau témoignage de l’architecture métallique qui n’a rien à envier par exemple à certaines stations du métro aérien parisien. Malheureusement, tel qui l’est aujourd’hui, il fait pitié. Exiger déjà de la SNCF qu’elle le repeigne (la rouille le ronge). On peut ensuite imaginer :
-  Décaler le passage de la rue pour élargir le trottoir côté ouest.
-  Supprimer le parking ou le réduire
-  Y installer une activité
-  Repenser l’arrêt de bus qui est sinistre (et qui empêche la circulation sur le trottoir)
-  Mettre en place un éclairage de qualité qui la nuit tombée le mette en valeur
-  Poursuivre le réaménagement de la gare, notamment les quais et le côté P. Semart
-  Replanter les talus

• Par ailleurs...

Dans le cadre du nouveau plan de circulation et de stationnement d’une partie du quartier (qui a donné lieu à une concertation récente) demander à la Ville de planter des arbres rue Pasteur et pourquoi pas rue Edouard Vaillant puisque ces deux rues vont subir des réaménagements lourds. Il semble que l’esprit de la proposition n° 2 soit retenu, c’est-à-dire le principe d’un sens unique avec un stationnement de chaque côté. A ce propos, il nous semble indispensable de revoir la façon dont les trottoirs sont conçus dans les projets de la ville (par exemple il est incohérent que le trottoir large sur la rue Pasteur entre Fourier et Salmon soit de l’autre côté de la placette et donc de l’école Montesquieu). Le gain de place conquis sur la circulation ne doit pas être exclusivement attribué au stationnement mais doit être l’occasion, non seulement d’une réappropriation de la voirie par le piéton mais aussi d’un embellissement des rues. Des arbres y contribueraient magnifiquement. Des rues voisines (d’ailleurs plus étroites) telles que la rue Alfred de Musset sont depuis longtemps plantées et elles font le charme du quartier. La plaquette commerciale du programme de logements en construction devant la Seine ne s’y trompe pas et parle d’un « quartier village arboré ». Nous insistons sur la rue Pasteur car c’est une rue majeure du quartier qui mène à la placette, aux écoles, vers la gare... Planter une rue c’est aussi renforcer sa cohésion. Il faudra également veiller à la qualité des prestations de voirie (revêtement de sol...). Pourquoi, par exemple, ne pas demander l’emploi généralisé au quartier d’un bitume rouge sur les trottoirs comme cela a été déjà fait dans certaines rues (A. de Musset...).

Enterrer les réseaux EDF et France Telecom dans les rues où ça n’a pas été encore fait, c’est-à-dire à peu près 80% du quartier. La succession de poteaux divers et variés sur les trottoirs donne un aspect « zone ».

Quel devenir pour le site de l’entreprise Dumeste rue Pasteur ? Cette société déménage prochainement et met en vente un bâtiment qui constitue un des fleurons du patrimoine industriel du quartier. Avec sa maison de gardien, ce vaste bâtiment en pierre qui longe l’école Eva Salmon est encore une opportunité pour revitaliser le quartier. Quelle affectation y donner ?

Pourquoi ne pas envisager la question de la reconversion de certains bâtiments industriels sous la forme de lofts ? A Ivry, Montreuil etc... (certes récemment à Vitry mais très timidement), l’arrivée de lofts a permis aux villes de conserver et d’embellir ce patrimoine, d’apporter une mixité sociale intéressante pour tous, et par le type d’activité implantée (à dominante artistique ou para-artistique) de susciter une animation et une valorisation tout à fait opportunes dans des quartiers en perdition économique. Hélas, à Vitry les résistances idéologiques à ce niveau restent vivaces. Pourtant le Bobo n’exclue pas forcément le Prolo !

Quel devenir pour le site SIACKY, fermé depuis des années et qui occupe un espace très conséquent. Quel est le dessein de la Ville à ce sujet ? CES, si activité de quel type, habitat ?

Où en est la ZAC Port à l’Anglais ?

Le premier programme (groupe Arc) sort de terre, qu’en est-il des autres terrains ? Un permis de construire a été déposé par la SEMISE en janvier. Sur le site internet de la SADEV, on peut voir une perspective semble-t-il du prochain programme de logements confié à Promogim... Peut-on au moins avoir connaissance de ces projets au demeurant déjà bien avancés ? Le square Charles Fourier sera-t-il prolongé jusqu’à la Seine ? Est-il prévu un concours de paysagistes ?

Quels équipements publics sont programmés ?

-  Un nouveau collège est-il toujours à l’étude ? Nous récusons l’idée d’un collège de gros gabarit.  ? Quel avenir pour les écoles du quartier (Montesquieu et Eva Salmon) qui, aujourd’hui, ne sont pas en bon état ? Comment d’ailleurs demander aux propriétaires privés de restaurer leurs façades d’immeubles quand un bâtiment municipal comme l’école Montesquieu est dans un état de décrépitude très avancée ! Il est prévu de reconstruire Montesquieu ailleurs et d’agrandir Salmon (quid du hideux préfabriqué ?)

-  A quand et comment la requalification des bords de seine qui intègre une véritable promenade piétonne et cyclable ?

De plus en plus de vitriots redécouvrent les bords de Seine pour faire du jogging, picniquer, faire du vélo... Mais les aménagements ne suivent pas. Faut-il attendre un projet d’envergure qui ne verra pas le jour avant plusieurs années ou commencer déjà à prendre quelques mesures pour faciliter la promenade ? Par exemple, l’accès sur les berges près du pont du Port à l’anglais côté ouest est fermé au public pour la tranquillité des quelques pavillons (appartenant sans doute au Port autonome de Paris) qui sont sur le passage. Demander la suppression de cet abus permettrait déjà de créer une longue promenade au fil de l’eau, sans interruption (il faut aujourd’hui remonter sur la route et traverser le pont alors qu’on pourrait passer dessous). A terme, une promenade le long des quais ou sur les berges jusqu’à Paris doit être aménagée : en un quart d’heure de vélo vous pouvez être à la bibliothèque Mitterrand.

Participer à l’élaboration du PLU

-  Peut-on être associés aux travaux de l’organisme Seine Amont ?

Comment être associés aux diverses études et projets ?

-  Existe-t-il une étude diagnostique sur l’urbanisme du quartier ? Yves Lion, architecte coordinateur de la ZAC en a-t-il réalisé une ? Une rencontre par exemple avec lui serait intéressante.

-  Problème de l’habitat : quels équilibres ? Social/privé (faut-il 40% comme le préconise la mairie ?) Collectif/individuel (maisons de ville, lofts, etc...)

-  « Détails » : revêtements, mobilier urbain, signalisation...

-  Saleté grandissante sur site Sciaky, poubelles non rentrées, dépôts d’ordures...

-  Créer des pénétrations dans la zone industrielle (au moins dans le secteur proche du quartier) qui permettent aux habitants de la traverser agréablement. Se rendre par exemple à pieds ou en vélo du quartier au Mac Do ou à Leclerc ne fait pas franchement envie. Il faut atténuer l’effet de zonage qui crée des no man’s land et réintégrer de la mixité dans les fonctions (types d’activité, habitat, commerce...). Et améliorer la voirie dans ces secteurs.

Urgences

• Obliger le lycée à peindre ou crépir ses murs le long de la rue Pasteur et Semart car au vu des renseignements pris au près des responsables du chantier ce n’est pas prévu : c’est n’importe quoi ! • C’est sans doute trop tard mais les vieilles bordures de trottoirs en pierre rue Charles Fourier en face de l’école Montesquieu ont été virées et remplacées par des bordures en ciment. L’ idée d’agrandir le trottoir à cet endroit est excellente mais on n’a pas fait dans le détail ! Et ce sont tout ces petits « détails » qui font le charme et la qualité du quartier.

• Définir notre mode de relation avec la municipalité

ETC...


SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0