Dans la même rubrique :

Compte-rendu de la commission Urbanisme du 9 octobre 2007

Publié le vendredi 26 octobre 2007

Pour cette réunion de rentrée, Thierry propose de faire le point sur les divers dossiers sur lesquels la commission s’est déjà investie et sur les nouvelles questions qui mériteraient d’être abordées. Lors de la prochaine réunion, nous verrons comment s’organiser et hiérarchiser les priorités.

Présents : Thierry Scharf (président), Vick Poirier, Bernard Dewilde, Agnès Busière, Véronique Fournel Excusés : Nadia Arab, Jean Marc Bouvier

1. La pollution de la zone industrielle et les odeurs le long des berges de Seine.

Thierry propose de s’intéresser de près à la question environnementale en rapport avec la ZI ; établir un bilan des pollutions et au passage déterminer ce qui explique les odeurs des berges et aussi s’informer des risques sanitaires en cas d’accident industriel étant donné la concentration d’entreprises à risque et la proximité de notre quartier. Un déficit d’information et de sensibilisation au niveau du quartier et de la ville paraît évident. Thierry et Jean-Marc ont rencontré Jean Couthures (élu vert) à ce sujet qui a expliqué que la principale origine des odeurs provenait des rejets liquides d’Aventis qui seraient évacués par des canalisations défaillantes vers l’usine de retraitement des eaux de Valenton. J. Couthures qui remplace G. Coulon à la CLIE (comité de liaison industrie environnement) a encore relaté que la question avait été soulevée lors de la dernière réunion et que des travaux allaient être engagés courant 2008 puisqu’un accord a été trouvé entre Aventis et le conseil général (gestionnaire des dites canalisations). Il doit rencontrer le préfet le 25 octobre à ce sujet. Interrogée à ce sujet, AIPARIF (cf. document joint) répond en gros que, selon leurs mesures, il n’y a pas de problème particulier décelé. Petit inconvénient : leur station est sur le plateau de Vitry, loin de la ZI et les mesures sont incomplètes pour apprécier toutes les pollutions de nature industrielle. Ils nous renvoie cependant vers la préfecture de police qui peut enquêter en cas de plainte. Bernard donne son accord pour siéger à la CLIE (Gérard Coulon avait souvent insisté pour qu’un membre de la commission y participe).

2. L’aménagement des berges de Seine

Il est relaté que, de source bien informée, le dossier du réaménagement des berges de Seine par le conseil général serait au point mort faute de budget et qu’il nous a été fortement conseillé de nous manifester pour faire pression. Nous convenons de relancer notamment J. Perreux dont nous avions fortement apprécié la démarche de concertation lors du projet des écluses. Nous précisons que faute de solution sur la question précédente (pollution...) ce dossier risque d’être sérieusement handicapé. Nous évoquons l’actuelle occupation des berges dans des conditions inouïes par des populations venant (a priori) d’Europe de l’est : triste résultat d’une absence d’aménagement de cette zone, décidément lieu d’abandon.

3. L’espace vert Brossolette

Une réunion de concertation de la municipalité semble prévue le 22 octobre. L’ensemble des membres présents de la commission n’a pas d’idée particulière sur ce dossier outre celles déjà retenues lors d’une réunion de bureau précédente : conservation des arbres, création d’un mur de fresque éphémère, hostilité à un élargissement sensible de la voirie et attention portée à la qualité d’aménagement. L’hypothèse d’un jardin partagé, évoquée au début laisse la place aujourd’hui à la perplexité dans la mesure où il semble difficile de trouver des volontaires qui puissent ensuite prendre en charge de façon autonome et pérenne la gestion du lieu.

4. Le réaménagement de la rue Parmentier

Nous sommes d’accord pour considérer qu’il y a là une opportunité pour créer un axe vert idéal. Thierry propose de défendre l’idée d’une voie piétonne, interdite à la circulation hormis pour les riverains (afin qu’ils accèdent chez eux ou qu’ils stationnent). Thierry met en avant la situation stratégique de cette rue qui permettrait à toute une partie du quartier et notamment la ZAC et ses centaines de nouveaux habitants de rejoindre agréablement et de façon sécurisée le secteur gare où se concentrent transports et commerces. L’étroitesse de la rue, son débouché très dangereux (en entonnoir) sur l’avenue Anatole France, le fait que beaucoup d’enfants l’utilisent comme espace de jeux et son facile contournement par la rue P. Sémart font qu’elle ne présente pas d’intérêt majeur pour la circulation automobile. Tout le monde est finalement enthousiaste à l’idée de rue piétonne. Mais nous voulons être pleinement associés à la concertation afin qu’une vraie qualité de réaménagement soit mis en oeuvre : enfouissement des lignes téléphoniques, utilisation majoritaire de la pierre notamment au sol, luminaires de qualité etc... Nous évoquons par comparaison le réaménagement de la rue C. Heller dans la zone industrielle qui a bénéficié de moyens importants et de qualité bien que située dans la ZI. Nous décidons de faire une réunion avec les riverains pour afficher une cohérence de point de vue le jour de la concertation avec la municipalité, prévue mi-novembre.

5. L’agrandissement du square Charles Fourier

Vick fait remarquer que la fermeture réclamée du square actuel la nuit n’est toujours pas effective. Nous réitérons le souhait de voir rapidement engagé cet agrandissement vu le peu d’espace vert du quartier. Vick propose (à la satisfaction générale) d’implanter un kiosque à musique.

6. La préservation du bâtiment Sibille et le projet de collège

Aucune nouvelle.

7. Projet Bleecker sur les ex-terrains Siacky

Aucune nouvelle depuis une première prise de contact positive avec le cabinet d’architecte ainsi d’ailleurs que le promoteur. Est évoquée la présence du projet sur le site des architectes (www.lobjoy-bouvier.com) dans la rubrique « projet urbain ».

8. Le secteur Gare à requalifier

Vick rappelle que la comission s’était donné ce dossier comme prioritaire. Une fois de plus sont dénoncés les aménagements pitoyables des arrêts de bus 180 et le danger induit, notamment pour les lycéens attendant parfois en partie sur la chaussée en direction du centre ville. L’état du pont de chemin de fer, bel ouvrage d’art qui rouille etc...

9. Bilan de l’OPAH Agnès témoigne de son cas personnel concernant une demande d’aide à l’OPAH pour le ravalement de son immeuble que la mairie lui impose : elle n’aurait droit qu’à 400€ de subventions ! Nous nous interrogeons sur le niveau effectif des aides aux propriétaires et sur le succès in fine de l’opération...

10. Les écoles

La démolition de la salle des fêtes et les travaux consécutifs semblent créer des nuisances diverses. Nous nous accordons à déléguer ce dossier à la FCPE, largement responsable de la situation... Nous reformulons le regret de ne pouvoir, ni nous ni la FCPE, participer au concours d’architecture sur Montesquieu. La mauvaise isolation acoustique des préfabriqués de la maternelle est évoquée. Par ailleurs est débattu du dysfonctionnement de la cantine mais chacun s’accorde là encore à reconnaître que la question ne relève pas directement de la commission.

11. O.I.N

RAS de très concret.

12. Voirie

Véronique fait remarquer l’état médiocre de la voirie dans le quartier. Thierry et Vick indiquent le cas de la rue Pasteur qui mériterait un réaménagement complet (anarchie des poteaux électriques, trottoirs défoncés et débordés par le stationnement....). Mais vu la quantité d’exemples comparables, nous remettons à plus tard la définition des priorités.

La prochaine réunion de la commission est fixée au mercredi 7 novembre à 20h30 dans le centre de quartier. Elle est ouverte à tous.


SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0